association L'éphémère

Père André Marie : Savais je voir

Savais-je voir, de ton vivant,

Les milliers de gouttes d’amour

Qui émanaient de ton être ?

Je désirais les boire,

Sans avoir eu le temps

De les voir, de les savoir.

 

Maintenant que tu n’es plus,

Avec moi, « main tenant »,

Je sais que ces millions

De gouttelettes sont toujours là.

Elles n’étaient pas toi,

Elles étaient la réfraction

De l’Amour-Soleil en toi.

 

Saurais-je, de mon vivant,

Voir en moi le mystère,

Et pardonner à la Vie

De ne plus prendre ton image

Mais d’être Vie en moi ?

Le matin, quand le soleil

N’a pas encore bu la rosée,

Il la fait briller de millions

De grains de soleil.

 

Père André-Marie

 



16/10/2012
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 490 autres membres