association L'éphémère

groupes d entraide

nous nous réunissons à l hôtel Kyriad,

pour partager, nous entraider, aborder différents sujets, participer à des ateliers

le prochain groupe d entraide : LE 15 février

en mai il y aura le lâcher de ballons


Le deuil

Le deuil, c'est l'expérience de la perte d'une personne aimée. C'est un processus qui est généralement long et qui peut même s'étendre sur quelques années, en particulier lors d'un deuil d'enfant. Plus l'attachement est fort et plus le deuil risque d'être intense. Il est important cependant de se rappeler que chacun réagit à sa manière face à cette épreuve.

Par exemple, il arrive souvent que les femmes expriment plus ouvertement leurs sentiments que les hommes. Cela ne signifie pas que ceux-ci ont moins de peine. Il y a aussi des hommes très expressifs et des femmes plus réservées. L'intensité de l'expression des émotions n'égale pas l'intensité de la peine. Il est important de ne pas juger selon le sexe et de ne pas se fier aux apparences. Chaque personne vit son deuil à sa façon, elle fait de son mieux et il est essentiel de chercher à la comprendre et de la respecter dans ses réactions et son cheminement.

Le processus du deuil

Immédiatement après la mort, il y a généralement une période de choc, d'engourdissement, d'incrédulité

Puis  de négation, surtout si le décès est subit. Les gens disent souvent qu'ils sont "sur le pilote automatique", ce qui leur permet de fonctionner, de faire les démarches pour les funérailles. Cela peut durer de quelques heures à quelques semaines. Cette réaction normale permet à la personne de se protéger avant de faire face à la réalité du décès.

Peu à peu, la personne endeuillée commence à ressentir intensément l'absence de l'être aimé, le vide, le manque. Elle vit beaucoup de tristesse. Tout lui rappelle la personne décédée. Elle réalise que plus jamais elle ne pourra parler à l'être aimé, lui toucher, être à ses côtés. L'absence se fait obsédante et cruellement douloureuse. En effet, l'endeuillé vit la perte d'une relation importante pour lui, mais il vit aussi le deuil de tous les projets qu'il avait souhaité réaliser avec l'autre.

La personne en deuil peut éprouver de la colère. La colère est parfois dirigée contre celui qui est décédé, spécialement s'il a eu un comportement imprudent, s'il s'est suicidé ou encore parce que son décès est perçu comme un abandon. L'endeuillé peut aussi ressentir de la colère contre d'autres personnes, par exemple le médecin qui n'a pas été capable de sauver l'être cher, le chauffard qui a causé l'accident, Dieu qui est accusé d'infliger cette épreuve.

La personne en deuil cherche parfois avec insistance des causes ou des coupables qui pourraient expliquer le décès. Cette recherche normale l'amènera possiblement, avec le temps, à accepter que certaines questions resteront sans réponse, spécialement dans les cas de suicide.

La culpabilité est fréquente. L'endeuillé cherche à savoir ce qu'il aurait pu faire de plus pour l'être aimé ou ce qui aurait pu empêcher le décès. La culpabilité est un sentiment qui peut être très destructeur. Il est important de permettre à la personne de l'exprimer. Peu à peu, elle parviendra probablement à s'en défaire, car elle a sans doute fait tout ce qu'elle pouvait pour le disparu.

Envahie par sa peine, la personne en deuil a de la difficulté à reprendre la vie quotidienne. Au travail, à la maison, dans ses loisirs, dans ses relations avec les autres, elle n'a plus les mêmes intérêts et peut même sembler n'avoir le goût de rien et être désintéressée de tout. Elle peut se sentir anxieuse, éprouver des peurs face à sa santé ou celle de ses proches. Elle idéalise parfois le disparu, oubliant ses défauts et exagérant ses qualités.

L'endeuillé peut ressentir dans son corps les effets de sa peine : boule dans l'estomac, oppression, palpitations, perte d'appétit, fatigue, insomnie, manque d'énergie, difficulté à se concentrer, perte de mémoire. Devant l'intensité de ses réactions, il peut craindre de "devenir fou" ou de manquer de contrôle sur sa vie. Il a parfois besoin de se faire dire que ses réactions sont normales.

C'est peu à peu, généralement avec des efforts, du soutien et du temps que l'endeuillé arrive à réorganiser sa vie différemment, à investir dans de nouveaux intérêts et de nouvelles relations et à se sentir en paix avec le souvenir de l'être aimé. Cependant, longtemps après le décès, l'endeuillé peut vivre encore des moments de tristesse durant le temps des Fêtes, lors d'anniversaires ou d'autres événements significatifs parce que l'absence de la personne aimée se fait plus ressentir dans ces moments de réjouissance.

 

La Descente

Le deuil commence par le choc de la perte.

 La Perte : Si le moment de la perte n'est pas perçu le travail de deuil ne peut pas s'engager

Le Déni :  Cette étape est d'autant plus fortement ressentie que l'attachement est rompu de façon soudaine, inattendue (« c'est n'est pas possible, pas moi, pas maintenant »)

La Colère : Va du ronchonnement accusateur à la fureur (« ce n'est pas juste », « ils n'avaient pas le droit »)

La Peur :  Peur pour soi ou peur pour les autres, peur ponctuelle ou angoisse globale. Le monde apparaît comme une source de dangers insurmontables.(« qu'est-ce que je vais devenir, comment vais-je faire face » Ici apparaît le problème de mobilité

 La culpabilité : qu'aurais je pu faire,

Le désespoir : Etape décisive et difficile pour affronter la réalité car on prend conscience que ce qui a été fait a été fait et qu'il n'y a plus rien à faire

La Remontée : 

L'Acceptation : « C'est dur mais c'est ainsi et je vais continuer à vivre le mieux possible. » Dans cette démarche d'acceptation, c'est la personne qui vit le deuil qui passe au premier plan et non plus l'objet du deuil

Le Pardon : Pardon à soi-même, renoncer à l'illusion de la toute puissance, ne plus se laisser envahir par la culpabilité. Ensuite vient le pardon aux auteurs de la perte

Quête du sens : ou le  cadeau caché : « grâce au deuil j'ai pu... » Il s'agit de reconnaître et d'accepter que le deuil a permis de faire des choses non envisageables dans l'ancienne situation.

La Sérénité : (accès au nouvel attachement) : La personne a fait la paix avec ce moment de vie sans excès d'émotion. Elle vit dans l'ici et maintenant et ce qui lui arrive aujourd'hui a plus de retentissement que le passé. Si un nouveau projet se dessine, la personne est capable d'y adhérer.

 



09/02/2009
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Religion & Croyances pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 497 autres membres